La route vers l’Orient

Le touriste a d’abord été anglais. Après la défaite de Napoléon, l’Angleterre domine le monde. Sur la route des Indes, les militaires et leurs familles débarquent à Alexandrie et visitent les pyramides avant de s’embarquer à Suez. Le progrès des moyens de transport va accélérer le mouvement.

En 1869, Edmond About met seize heures pour faire Paris-Marseille en train, six jours pour Alexandrie par le bateau-poste des Messageries maritimes; un de plus jusqu’à Istanbul. Les durées de trajet ne varieront presque plus avant la fin de la Première Guerre mondiale. Bientôt, on peut descendre le Danube en bateau à vapeur jusqu’à Varna et trouver une correspondance ferroviaire de Varna à Istanbul. Et puis, en 1884, la Compagnie internationale des wagons-lits inaugure un Paris-Varna, avec un nouveau matériel. Edmond About est son invité ébloui :

 « La soirée du jeudi 4 octobre fut donc pour moi comme une révélation; elle m’ouvrit un monde que je n’avais pas entrevu même en songe[…] le train où nous allions monter s’allongerait parallèlement à un vieux wagon-lit du modèle qui a fait son temps […] trois maisons roulantes, longues de dix-sept mètres et demi, construites en bois de teck et en cristal, chauffées à la vapeur, brillamment éclairées au gaz, largement aérées et aussi confortables pour le moins qu’un appartement parisien… »